Sophrologie en couple et pour son couple : et si on tentait ?

1+1 = 2 ? ou bien 3 ?
Dans le couple, c’est bien trois : deux personnes avec leur propre individualité et une entité couple.

 

Mais lorsqu’on est tendus, stressés, fatigués, lorsque la vie nous réserve son lot d’événements imprévus, il est parfois difficile de se rendre disponible et ouvert à l’autre.

Comment être moi, savoir m’écouter, répondre à mes besoins… tout en étant restant présent pour l’autre et pour notre couple ?
Se trouver un espace personnel à soi au sein du couple est primordial et la sophrologie vous aide dans ce chemin. Grâce aux outils de détente transmis, les ruminations et projections négatives concernant la vie et l’autre laisseront place à une disponibilité dans l’instant présent. Je suis là pour toi, pour moi, pour nous.
La sophrologie se concentre sur l’instant présent, permettant ainsi de ne pas laisser les éléments passés polluer la relation. Elle aspire aussi au positif pour le futur, sans appréhension. Il ne s’agit pas pour autant de renier un passé parfois difficile, semé d’embuches, mais bien de proposer une vision et une dimension différente à votre couple, dans l’écoute et la réponse à vos besoins.pexels-photo-361753.jpeg
Progressivement à votre rythme, je vous propose d’acquérir ces outils pour mieux vivre au quotidien votre couple :
– Dans la sphère quotidienne à travers la gestion des émotions (colère, tristesse, joie, mais aussi confiance en soi et en l’autre)
– Mais aussi dans une sphère plus intime en abordant la question du corps
Pour retrouver une harmonie au sein de votre couple.

Pourquoi faire appel à un sophrologue pour mon couple ?

Le sophrologue est un praticien qualifié, un tiers face à vous qui accueillera sans jugement et avec bienveillance votre vécu. Grâce à son recul, ses connaissances théoriques (de sophrologie, de psychologie et sur le fonctionnement du cerveau et du corps) et ses connaissances techniques (de relaxation, respiration) seront mis à profit pour vous accompagner dans le chemin que vous aurez choisi en tant que couple.

C comme concentration

CONCENTRATION

Se concentrer, c’est porter toute son attention sur un même objet.

Quel effort intellectuel tout de même à l’heure où nous sommes sans cesse stimulé de toute part !

Plusieurs facteurs vont jouer sur notre capacité de concentration :

  • Des facteurs externes comme notre téléphone portable qui sonnent, des bruits de fond, des lumières clignotantes, un oiseau passant par la fenêtre…
  • Mais aussi des facteurs internes, qui eux, peuvent être aussi nombreux ! Les tracas quotidiens, le stress, la fatigue, le manque d’intérêt et de motivation

Sans parler du cerveau lui-même qui, rappelons-le, a besoin de faire une pause toutes les deux heures. Nous ne sommes pas capables de maintenir une attention constante et élevée plus longtemps.

La concentration est une véritable capacité qui s’acquiert, s’apprivoise. Il faut s’entrainer aussi pour maintenir un niveau de concentration élevé !

La sophrologie est tout à fait à propos dans ces cas-là.
Grâce à la sophrologie, nous agissons à plusieurs niveaux :

  • Tout d’abord au niveau des facteurs internes qui viendraient perturber notre concentration. Bien souvent, les pensées, les soucis, les préoccupations nous envahissent et nous déconcentrent. Je vous invite à lire l’article que j’avais écrit à ce sujet. Grâce à la sophrologie, nous allons pouvoir chasser ces préoccupations, agir sur la fatigue physique, mentale et intellectuelle et travailler sur la motivation.
  • La sophrologie se focalise aussi sur l’utilisation des sens. Le sophrologue est un professionnel qui saura venir détecter et vous aider à trouver quels sens vous « parlent » le plus. En stimulant vos sens de prédilection, vous apprendrez à mobiliser votre attention de la meilleure manière qu’il soit pour vous. L’attention aux sens permet également de mieux se canaliser car ils sont notre premier rapport au monde. Grâce à eux, nous prenons conscience de notre corps et de son état.
  • Enfin, chaque séance de sophrologie est une invitation à se concentrer sur ses ressentis. Peu à peu, vous affinez vos perceptions et ressentis grâce à cette capacité de concentration qui s’accroit.

La sophrologie peut donc parfaitement agir sur la concentration. Néanmoins, il convient d’être médicalement accompagné en parallèle lorsque les troubles de la concentration et de l’attention se révèlent majeurs.

DEFI : Prenez un moment pour vous, installez-vous confortablement et fermez les yeux. Prenez une minute et concentrez-vous. Cherchez à percevoir et distinguer au moins 5 sons différents dans votre environnement.

 

Bravo ! Vous avez réussi à vous concentrer 😉

Choisir son thérapeute… toute une histoire !

Choisir mais surtout trouver son thérapeute n’est pas chose aisée. Les annuaires ont la faculté de donne un certain nombre de coordonnées, mais rien ne prédit que le thérapeute sera celui qui vous conviendra.

A l’heure où de plus en plus de formations naissent et promettent de faire de chacun un thérapeute en deux semaines, il est important de se pencher sur le parcours de la personne en qui vous vous apprêtez à faire confiance pour qu’il vous amène vers le chemin de votre choix.

choisir therapeute

La première question à vous poser est avant tout celle-ci : de quoi ai-je besoin ? qu’est ce qui me convient ?

  • Psychologue ou sophrologue ?

Bien souvent, en sophrologie, nous rencontrons des clients qui nous le disent : j’hésitais entre un psychologue et un sophrologue. Pourquoi alors choisir un sophrologue ? Ce dernier va travailler autour de ce qu’on appelle « l’unité psycho-corporelle ». Être bien dans sa tête, mais aussi dans son corps. Le cœur de la séance repose sur de la pratique à l’aide d’outils comme la détente musculaire, la respiration ou la visualisation positive. Si un temps d’échange verbal ouvre et ferme la séance, il n’en est pas le propos. La sophrologie n’ira pas chercher le « pourquoi » de votre état, mais vous amènera à prendre conscience de cet état pour le modifier. Peut-être comprendrez-vous alors le pourquoi de cet état mais le sophrologue n’accompagnera pas cette démarche de réponse aux questions.

En revanche, son professionnalisme saura vous orienter vers un praticien à même de répondre à vos questions et à vos besoins.

  • Ce dont j’ai besoin

Ai-je besoin de trouver des réponses à mes questions ? Ou ai-je besoin de me recentrer sur moi, sur ce que je traverse, sur les sensations et émotions qui m’animent au quotidien et d’apprendre à les gérer physiquement et mentalement chaque jour ?

J’ai peut-être besoin d’apprendre à me détendre, à chasser mes tensions, à prendre du recul, à avoir confiance en moi…. La sophrologie est alors faite pour vous.

  • Ce qui me convient

Un bon thérapeute sera à votre écoute et ne vous imposera pas des choses qui ne sauraient vous convenir. « Les séances, c’est 100€, minimum deux fois par semaine, sinon ça ne marche pas. » est une phrase qui doit vous questionner :

  • Suis-je d’accord pour mettre ce prix ?
  • Suis-je d’accord avec ce rythme qui m’est imposé ?
  • Est-ce que cela me convient, tout simplement ?

Avant de prendre rendez-vous, je vous conseille de vous poser cette question : qu’est ce qui m’irait ? Quelle gamme de prix ? Quelle fréquence ? Qu’est-ce que j’accepte de donner, de mettre en place pour cette thérapie ?

Cela pourra déjà vous orienter.

thérapie

La deuxième étape pour bien choisir son thérapeute est celle du premier contact.

Ce premier contact est une rencontre. Vous pourrez alors déjà avoir une première intuition : celui-là pourra m’accompagner (ou non) dans le chemin que je choisis. Je peux lui faire confiance.

  • Le premier rendez-vous (ou le premier échange)

Lors de ce premier rendez-vous, vous exposez l’objet de votre visite, ce qui vous motive à venir consulter. Le thérapeute peut être amené à vous poser plusieurs questions pour comprendre plus amplement dans quel contexte l’objet de votre consultation s’intègre.

Parfois, se livrer à cet inconnu face à nous peut s’avérer compliqué. Cette démarche peut être difficile mais si vous sentez que ces questions sont trop envahissantes, trop insistantes, ou vous mettent mal à l’aise, alors ce thérapeute n’est peut-être pas le bon pour vous. En aucun cas, un thérapeute ne peut vous forcer.

Fiez-vous à votre intuition : ce thérapeute face à moi me correspond-il ? D’une personne à l’autre, le ressenti peut être différent. Ce n’est pas parce que votre cousine Germaine l’a trouvé formidable que la manière de travailler de ce thérapeute sera faite pour vous.

  • Au premier contact, un cadre est posé

A l’issue de ce premier rendez-vous, vous devez avoir obtenu réponse à toutes les modalités de l’accompagnement. Le premier rendez-vous est une forme d’évaluation…

1. du thérapeute vous concernant : il observe comment il va pouvoir travailler avec vous…
2. mais aussi une évaluation de votre part concernant votre thérapeute ! Posez-lui des questions s’il n’amène pas déjà des réponses lorsqu’il se présente : quelle a été sa formation ? Comment travaille-t-il ? Comment se déroule une séance ? Combien de temps dure-t-elle ? Quel est son prix ?

Et surtout quel est son cadre : la bienveillance, le non-jugement, l’accompagnement. En sophrologie, il y aura également le fait de ne pas toucher la personne, de ne pas poser de diagnostic.

Enfin, la dernière chose sur laquelle j’attirerai votre attention est qu’un thérapeute n’est pas un maitre à penser. Attention aux abus !

Votre thérapeute doit vous accompagner dans le chemin de votre choix et ne peut vous imposer un chemin. Il ne peut vous imposer des croyances, vous imposer d’agir d’une façon ou d’une autre dans votre vie. Il ne s’implique pas personnellement dans cette relation. La relation que vous tissez ensemble est une relation de thérapeute à client. Il n’a pas à dévoiler des éléments de sa vie.

Les méthodes de développement personnel sont très à la mode, mais il convient de s’y plonger avec précaution pour éviter les dérives sectaires parfois trop nombreuses.

Finalement, pour choisir un bon thérapeute, il faut avant tout vérifier le sérieux de la personne d’un côté, et surtout sentir que l’on pourra lui faire confiance pour qu’il nous aide à cheminer dans le sens que nous souhaitons. </div>

B comme Bienveillance

BIENVEILLANCE

« Disposition affective qui amène une personne à veiller avec égard et humanité au bien-être d’une autre. C’est l’une des principales valeurs humaines qui contribuent à tisser des liens de paix durables entre les personnes. La bienveillance est une attitude qui veille au bien de l’autre. » (Organisation mondiale de la santé)

La bienveillance c’est veiller au bien de l’autre. C’est un principe fondamental que j’applique au sein de mes accompagnements.
La bienveillance s’implique certes du thérapeute envers son client, mais c’est aussi au sein même de votre relation avec vous-même que je vous invite à être bienveillant.

Nous en avions parlé dans un article précédent, il nous faut accueillir nos sensations, nos ressentis. Oui, mais avec bienveillance. C’est-à-dire de manière indulgente, gentille, attentionnée. Chaque ressenti qui nous traverse est là, à nous de faire avec.
Au sein des séances que je propose, je vous invite à être indulgent avec vous-même.

Ainsi, vous veillez sur vous-même, prenez soin de vous et continuez sur le chemin de votre propre compréhension de vous-même. « Qu’est-ce que je ressens ici ? Qu’est-ce que cela m’apporte, me dit de moi ? ».

Nos quotidiens sont sommet de « il faut » : « Il faut que je fasse ça. » « Il faut que j’agisse ainsi ». Lors des séances, je vous invite dans cet espace extra-quotidien, un peu coupé du monde, à porter attention à vos ressentis, vos sensations. Chaque séance est un moment pour vous.

De mon côté, en tant que thérapeute, j’accueille également avec bienveillance tout ce que vous me confiait, votre histoire de vie, vos ressentis. Je ne juge pas et cherche ainsi à comprendre le chemin que vous décidez de prendre. Je ne me pose pas en maitre à penser, bien au contraire. Nous définissons ensemble l’objectif vers lequel vous vous allez et je vous accompagne sur ce chemin et « veille à votre bien-être ».

Et vous, à quand remonte votre dernière action de bienveillance envers vous-même ?

 

A comme accueillir

accueillir

Accueillir : v. tr. : être présent pour recevoir quelqu’un/quelque chose à son arrivée.

Et vous, prenez-vous le temps d’accueillir toutes vos sensations, tout ce que vous ressentez ? Prendre le temps d’accueillir ses sensations est l’un des piliers de la sophrologie.

« Demain il faut que je fasse ça, ça, ça. Je dois penser à ça. »
Et qu’en est-il de l’instant présent ? Qu’est ce qui se passe en vous, là, maintenant ? Êtes-vous présent pour recevoir ce qui vous traverse ?
Par exemple, quand vous buvez votre café du matin, prenez vous le temps d’accueillir la chaleur du bol, l’intensité du goût du café qui coule dans votre gorge ?

 

DEFI : Accueillez une chose qui se passe dans votre environnement maintenant. Cela peut-être un son, une odeur, une couleur, ou encore une matière. Observez les ressentis que cela vous procure.

Brevet, bac, partiels… La sophrologie à ma rescousse !

Ca y est, le deuxième trimestre touche à sa fin, et le deuxième semestre est bien entamé… la fin de l’année arrive plus vite qu’elle n’y parait et ses examens aussi !

Vous angoissez rien que d’y penser ? Je peux vous accompagner en sophrologie pour cela !

Stress déconcertant, difficultés d’apprentissage, troubles du sommeil, ou encore problèmes de concentration, de mémorisation, ou timidité, chacun fait face à des problématiques pouvant mettre en péril leurs résultats.

J’ai bien révisé pour mes examens mais au delà de mes connaissances, de quoi ai-je besoin pour réussir mes examens ? Être calme et détendu peut-être… savoir me concentrer… être confiant aussi. Bref, tout un tas de choses pour être au top le jour J.

Et une fois ces outils acquis, nous nous projetons au moment clef : nous nous imaginons le jour de l’examen, au meilleur de nos capacités. Pourquoi cela me direz-vous ? Car le cerveau a cette faculté étonnante de ne pas faire de distinction entre ce qu’on imagine vivre et ce que l’on vit réellement. Résultat : notre cerveau est persuadé d’avoir déjà vécu ce moment et d’avoir réussi ! Il pourra alors remobiliser ce qu’il a vécu pour le mettre à nouveau en place.

La sophrologie peut vous donc vous aider à vous préparer au mieux pour vos examens ! Voici un petit reportage reportant l’expérience de lycéens lors de la préparation au bac. Leurs commentaires sont unanimes !

Une humeur de chien au quotidien ? Pas pour moi ! Activons le positif !

Le nouvel an chinois est passé : nous voilà dans l’année du chien !

« Se regarder en chiens de faïence » « Avoir une humeur de chien » « Avoir un mal de chien » « S’entendre comme chats et chiens« …. C’est qu’il n’a pas l’air très heureux ce chien dis donc !

dachshund-1198887_1280 (1).jpg

Avoir une humeur de chien au quotidien ? Pas pour moi !

Je choisis de prendre mon bonheur en main et d’activer la joie et le positif dans ma vie au quotidien !

C’est l’un des principes de la sophrologie : celui de l’action positive. Toute action que nous réalisons, qu’elle soit dirigée vers notre corps ou notre mental, rayonne sur tout notre être.

Un rayon de soleil dès le matin qui caresse notre visage, et voilà un sourire qui s’esquisse ! C’est agréable sur la peau, et c’est bon pour le moral !

Loin de nous l’idée d’une tyrannie du positif ! Une séance de sophrologie peut être prévue pour d’abord chasser le négatif, afin de laisser toute la place au positif.
Être bien dans l’instant présent, aspirer au meilleur pour le futur, regarder le passé avec bienveillance et se souvenir des plus beaux moments. Tel est l’un des objectifs de la sophrologie.

Et je vous y accompagne avec plaisir !

« Chacun a ses propres instants de bonheur ; il suffit d’en multiplier la conscience et les occasions » nous disait Albert Memmi.

 

-> Maintenant c’est à vous ! Petit exercice : Un souvenir heureux à nous partager ? A quoi aspirez-vous pour cette année 2018 ?

Ateliers de sophro-relaxation : lancement du groupe !

Bonjour à tous !

J’ai le plaisir de vous annoncer le lancement d’un groupe de sophro-relaxation.

EDIT : Face au succès de ce groupe, c’est désormais 2 groupes de sophro-relaxation que je vais  proposer !

Deux choix s’offrent donc à vous :

  • Le samedi matin de 9h30 à 10h30
  • ou le samedi matin de 10h45 à 11h45 !

grp sophro relaxation

 

Son objectif ? Être plus détendu au quotidien !

Quand ? Tous les samedis soit de 9h30 à 10h30, soit de 10h45 à 11h45 du samedi 13 janvier au 17 février 2018.

Comment ? Sur inscription via la page Contact ou au 06.88.49.93.36

Où ? Au sein du cabinet paramédical, 25 rue Victor Hugo 59320 Haubourdin

Et ça coûte combien ? La séance à l’unité : 15€ ; Engagement sur les 6 séances : 60€ (possibilité de payer en plusieurs fois)

Le nombre de places étant limité, je vous prie de bien vouloir vous inscrire au préalable.

Vous hésitez ? Découvrez-en davantage sur la sophrologie en cliquant ici.

Au plaisir de vous rencontrer lors de ce groupe !
Constance

« Mon cerveau ne s’arrête jamais ! » – Sophrologie et pensées envahissantes

Chaque jour, au travail comme lors de notre temps libre, c’est un emploi du temps millimétré qui rythme nos journées… et nous voilà épuisés !

  • Des ondes à la fréquence maximale, telle une mer déchainée

    « Mon corps, ma tête… j’aurais bien besoin de les mettre sur pause moi ! »

    woman-2775273_640

Et cela s’explique ! Lorsqu’on regarde un électroencéphalogramme dans ces périodes-là, on observe la dominance des ondes bêta : ce sont les ondes de l’éveil. Nous sommes à l’affût. En « période d’activité intense ». Ces ondes peuvent aussi refléter une période d’anxiété, de rumination, de tergiversation. En somme, elles sont liées à l’hypervigilance. « Je dois faire attention à ça, ça, ça, et je dois penser à ça pour ça et faire ça ». Ca ne s’arrête jamais.

ondes beta

Les ondes beta émises par notre cerveau telle une mer déchainée

  • Des pensées tel un calme ruisseau : les ondes alpha et theta

Donc lorsque vous vous dites « il faut que mon cerveau s’arrête ! », vous y êtes presque ! Le mieux serait de dire « il faudrait que je me branche mon activité neuronale sur une autre fréquence », la fréquence alpha par exemple, voire théta. Ce sont ces ondes que nous « stimulons » en sophrologie. Nous vous transmettons les outils pour baisser un peu ce niveau de vigilance, pour atteindre cet état de fonctionnement cérébral, qu’on appelle parfois « état de conscience modifié ». En réalité, au sein même d’une journée, vous naviguez entre toutes les ondes. Vous êtes dans un état de conscience, puis dans un autre, sans même vous en apercevoir.
Les ondes alpha sont le reflet d’un état d’éveil calme, relaxé. Les ondes théta, quant à elles, sont le reflet d’un état de relaxation profonde.

ondes alpha theta

Grâce à la sophrologie, je me branche sur une fréquence moins sinueuse et atteins un ruisseau plus calme

  • Apprenez à naviguer grâce à la sophrologie !

Grâce à la respiration, à la décontraction musculaire, à l’imagerie mentale, grâce à la sophrologie en somme, nous vous apprenons à naviguer parmi les eaux tumultueuses pour rejoindre de calmes rivières. Nous vous amenons à baisser votre niveau de vigilance, à passer des ondes bêta aux ondes alpha voire theta. Votre influx nerveux diminue, tout comme votre activité neuronale.
Me voilà alors apaisée, et mes pensées envahissantes, envolées !

 

 

« Chaque jour, je suis épuisée… » – Fatigue et sophrologie

Sophrologie et fatigue

Toujours plus

Vous ne pouvez qu’acquiesser lorsque vous vous verrez lire la phrase suivante : Nous sommes dans une société du « toujours plus » : toujours plus vite, toujours plus de performance, toujours plus de tâches à réaliser à la minute, toujours plus d’images, de sons que nous percevons chaque jour. Et même à la maison, lorsque nous sommes en repos, c’est toujours plus : il faut faire plus d’activités, il faut faire plus de sport, sortir plus, toujours plus.

Et ça épuise !

abbie-bernet-329631.jpg

Mais pourquoi ça ?

Notre corps, nos sens, notre pensée sont assaillis d’informations, et réagissent en conséquence, sans même qu’on ne s’en aperçoive. Nous sommes fait d’un merveilleux organe appelé système nerveux autonome qui régule nos processus corporels.

sna

Pour réagir face à l’environnement de façon adéquate et être en équilibre, mon corps mobilise le système nerveux autonome.

  • Système nerveux sympathique : prêt à dégainer !

En étant toujours pris d’assault, notre corps réagit. C’est notre système nerveux (ortho)sympathique qui est ici stimulé. Il nous prépare à l’action : en accélérant notre rythme cardiaque, en augmentant notre tension artérielle… Il orchestre la réponse « à la fuite ou au combat ».

  • « C’est qu’il me fatigue celui-là, le sympathique ! »

Or, si le système nerveux sympathique est trop stimulé, si son activité n’est pas contrebalancée par l’action du système nerveux parasympathique, le corps n’arrive pas à être en équilibre, en homéostasie. Il est toujours en ultrastimulation… et cela provoque grands nombres de maux : douleurs chroniques, tension artérielle et fréquence cardiaque élevée, troubles du sommeil, hyperémotivité…autant de troubles qui nous fatiguent au quotidien.

La sophrologie, votre plus grand allié pour renouer avec votre système nerveux parasympathique

C’est là que pratiquer la sophrologie peut être d’un grand secours. Par ses exercices, la sophrologie vient installer un état de calme et stimuler le système nerveux de la récupération : le système nerveux parasympathique. Il est tout aussi utile au quotidien que le sympathique : il amène un ralentissement général. Il est celui qui nous fait bailler, qui baisse notre rythme cardiaque, et qui stimule même notre appétit sexuel.

Grâce à la sophrologie, vous stimulez votre système nerveux parasympathique et équilibrez votre système nerveux autonome. Ainsi, vous retrouvez de l’énergie, et de la vitalité. Une séance de sophrologie équivaut à deux heures de sommeil en termes de récupération physique et mentale !

Par ailleurs, les troubles associés tels que les troubles du sommeil, les douleurs chroniques, les troubles du rythme cardiaque ou l’hyperémotivité peuvent aussi avoir une amélioration grâce aux outils de la sophrologie.